Cinq principes ont été élaborés afin de faciliter la compréhension des systèmes complexes. Nous allons expliciter ces principes dans le cadre d’un système familial.
Principe d’interdépendance/d’interaction : Ce sont les interactions entre les membres de la famille qui permettent de comprendre le fonctionnement de celle-ci et d’expliciter les règles (patterns transactionnels) organisant ses relations. Le comportement de chaque membre dans une séquence interactionnelle ne peut être compris qu’en tenant compte du comportement des autres membres et des règles qui régissent les relations familiales.

Principe de totalité : Ces règles (Patterns transactionnels) sont les qualités émergentes des interactions entre les membres de la famille et ne sont pas fonction du caractère ou des qualités intrinsèques de chacun de ses membres. D’où l’expression « Le tout est plus que la somme des parties ».
Comme dans un jeu d’échec, en assistant à plusieurs parties (répétition des interactions appelée redondance), nous finissons par comprendre les règles du jeu (exemples : règles régissant les relations entre les parents, l’éducation des enfants et celles à la base de la répartition du pouvoir).

Principe de causalité circulaire : Dans une séquence interactionnelle, le message d’un membre de la famille (cause) induit une réaction (effet) de la part du destinataire du message (Feedback). Cette réaction, en retour (l’effet devenant cause), va induire la réaction de l’initiateur de la séquence. Cet aller-retour fera en sorte qu’il ne sera plus possible de distinguer entre émetteur et récepteur. La séquence est constituée alors par un ensemble de boucles interactionnelles. Les deux interlocuteurs devenant ainsi acteurs et co-responsables de ce qui va émerger de la séquence interactionnelle.

Principe d’équifinalité : Les règles organisant les relations familiales et formant l’équilibre du système, de même que leur évolution dans le temps, ne peuvent pas être déterminées et connues à l’avance, mais simplement constatées au moment de leur avènement. En effet, selon ce principe, ces règles (effets) et leur évolution, ne sont pas déterminées par le caractère ou la personnalité de chacun des membres de la famille (conditions initiales) mais plutôt par les interactions qui vont contribuer à maintenir harmonieusement, rigidifier ou faire évoluer le système vers un nouvel équilibre voire même à sa désintégration. Même de petites variations, peuvent mettre l’équilibre initial en péril sans que nous soyons en mesure de prédire de la nouvelle direction que prendra le système (État final).

Principe d’homéostasie : Chaque système familial a ses propres règles constituant son équilibre, déterminant son identité et préservant sa survie et sa continuité dans le temps. Il est donc essentiel pour un système de sauvegarder cet équilibre. Toute variation menaçant ses règles de fonctionnement, provoquera des réactions de sa part (mécanismes de régulation) pour rétablir l’équilibre initial. Ainsi, à titre d’exemple, si un enfant venait à contester l’autorité parentale, il sera rappelé à l’ordre. S’il obtempère, l’équilibre sera maintenu. Par contre, si l’enfant finit par avoir raison de l’autorité parentale, de nouvelles règles seront instaurées conduisant à un nouvel équilibre.

Auteur : Saïd SENHAJI

By Comments off , juin 5, 2020